Journal d’un ZADiste

 Depuis le retour de mon dernier voyage en octobre 2012, j’ai rejoint ce qui est bien plus qu’un simple combat, La ZAD.

Pour moi, tout a commencé par un appel à résister contre une opération militaire « l’Opération César » (ça ne s’invente pas), celle-ci consistait à expulser les militants/occupants de la Zone A Défendre (ZAD) située à Notre Dame des Landes (NDDL), Zone en lutte contre un projet d’aéroport datant des années 60.

Je ne vais pas m’éterniser sur le bien fondé ou non de ce projet, si cela vous intéresse, je vous invite à aller voir les nombreuses vidéos traitant de ce sujet!

Si je fais cet article, c’est en partie parce que j’ai besoin de partager ce que je vis, de communiquer sur ce que je suis, sur ce que nous sommes, au lieu de laisser les médias le faire pour nous.

Je suis donc arrivé à NDDL en plein milieu de la boue, des barricades et de camions de Gendarmerie Mobile.
Autant dire un autre monde pour moi qui revenais d’un trip en auto-stop qui m’avait amené jusqu’au toit du monde, l’Himalaya.
Je ne peux pas décrire ce que j’ai ressenti quand j’ai découvert cet univers parallèle, entre envie d’un monde meilleur et répression policière, j’ai tout de suite su que ce qui se passait ici était important.

 

Chapitre 1 : L’hiver des barricades

L’hiver 2012-2013 pour moi est synonyme de barricades, plus de deux cents jours à garder des points stratégiques, quand des gendarmes mobiles eux gardaient leurs carrefours. La barricade où j’étais posté s’appelait Bizou-Bizou mais nous gardions la barricade Lascar qui était en avant-poste. Celle-ci protégeait l’accès au Chemin de Suez et au Village de la Châtaigne. Les gendarmes eux se trouvaient à une cinquantaine de mètres de là, au carrefour de la Saulce, ils y resteront jour et nuit jusqu’au 19 avril 2013.
C’est dans ces barricades que je rencontre ceux qui vont devenir mes frères de lutte. Nous nous organiserons et partagerons tout ensemble, les bons côtés comme les mauvais : Les travaux, les techniques de résistance, le matériel, les tours de garde jour et nuit, les peurs, les inquiétudes, les gardes à vue, les blessures… TOUT…

Je ne cache pas que tout cela était rythmé par une ambiance vraiment folle. Si un film devait être fait sur notre histoire durant cet hiver, le titre serait surement : Barricade, alcool, drogue et brasero.
Nous sommes conscients que sans tout cela nous n’aurions jamais tenu la pression.

Cet hiver-là, pour moi, a été un enchaînement d’apprentissages et d’expériences au rythme d’une solidarité sans faille, chez nous personne n’est laissé de côté et personne ne te laissera tomber, peu importe la situation, peu importe les risques. Détermination et folie sont les mots qui nous représentent le mieux.
L’hiver était vraiment froid cette année-là et nos conditions de vie n’étaient pas les plus faciles. La température ressentie est descendue jusqu’à -12 C°, alors dormir dans des talus sur des palettes, en bottes dans son sac de couchage (on ne sait jamais en cas d’urgence…), le tout protégé par des bâches et des tôles… Autant dire que la solidarité avec ceux avec qui tu dors est intense et sans faille.

Cet hiver-là se finira par l’attaque de notre barricade par plus de 200 gendarmes le 15 avril, notre lieu de vie brûlera aussi ardemment qu’il avait vécu, les gendarmes eux s’arrêteront à la cabane appeler Kazh-Koat qu’ils détruiront presque totalement.

Vidéo que j’ai réalisée lors d’un tour de garde sous la neige :

 

Chapitre 2: L’été à Kazh-Koat

Vidéo de la reconstruction de ce qui va devenir notre nouvelle maison :

Après le départ des gendarmes mobiles (qui sont restés à faire le piquet au carrefour pendant plus de 280 jours), nous avons aidé les habitants de Kazh Koat à remonter leur cabane et en même temps on s’y est installés.
L’été arrive vite et après un hiver si dur et intense, c’est la fête !!!
On construit une autre cabane en parallèle, notre collective.
Construire enfin en pensant à autre chose qu’au risque de destruction, on cultive aussi nos patates comme notre envie d’un autre monde…
L’hiver arrive vite mais il sera plus doux que le dernier. Bientôt une nouvelle année pointe son nez, ça fait un an que je suis là…
La vie continue, on construit, on ouvre des squats… En bref on s’organise.

Clip que j’ai réalisé pour une amie :

 

Chapitre 3: le 22 février

L’hiver 2013-2014 fut plus doux et calme, ça nous a permis de nous installer de plus en plus dans cette vie…
Le 22 février une grande manifestation est organisée à Nantes, une grande fête qui fut perturbée par le blocage total de la ville par les forces de l’ordre.
Tous les médias en ont parlé, la propagande était lancée, Tous parlent des casseurs-violents-anarchistes-black blocks…
Ils transforment les banques et autres multinationales en victimes d’agresseurs irresponsables et les hommes et femmes, voulant combattre les problèmes de notre société, en terroristes. La vérité c’est que les responsables du désastre, qu’est la situation actuelle dans le monde, refusent d’assumer les conséquences de leurs actes. Les médias inversent les rôles, transformant l’agresseur en agressé…
Cette journée restera gravée dans ma mémoire et sur mon corps. Ce jour là, je suis touché par l’explosion de deux grenades assourdissantes, l’une a explosé sur ma main, l’autre à quelques centimètres de ma tête évitant mon œil de justesse. Je fus aussi touché par deux tirs de flash-ball : un dans les parties génitales et un dans le tibia. Malgré tout, je m’en sors bien, une personne perdit son œil ce jour-là et plusieurs autres furent gravement blessées. La police gardait l’entrée de l’hôpital pour pouvoir interpeller tous ceux touchés par leurs armes.
Suite à cette manif’ la justice péta un plomb, raflant au petit matin partout en France et distribuant des peines lourdes à la volé (ex: un an ferme pour des empreintes sur un fumigène, etc. …).

Depuis que suis arrivé sur la ZAD beaucoup de mes amis sont partis dans les geôles du gouvernement…

 

Chapitre 4: Aucun homme n’est illégal

Au mois de mai 2014 les migrants de Calais envoient un appel à soutien, l’état a décidé d’expulser certains de leurs camps, on part à quelques-uns pour les soutenir. Cet événement fut pour moi bouleversant, les hommes là-bas sont laissés à l’abandon, traités comme s’ils n’étaient rien… En plus de cela un groupe fasciste « Sauvons Calais » lutte contre eux…

Je vous laisse voir cela par vous même dans cette vidéo que j’ai faite quand nous sommes partis les soutenir :

 

Chapitre 5: La ZAD du Testet

Durant l’été 2014, les habitants de la ZAD du Testet appellent à la solidarité pour contrer leur expulsion de la zone qu’ils occupent contre la construction d’un barrage.
J’y vais et découvre ces magnifiques sites que sont la Forêt de Sivens et les rives du Tescou (rivière sur laquelle ils veulent faire leur barrage).
En même temps que toutes ces belles choses, je découvre la détermination de la gendarmerie, elle ne veut pas d’un « nouveau Notre Dame des Landes » ici. Une haine profonde hante l’unité du PSIG (Peloton de Sécurité et d’Intervention de la Gendarmerie), les insultes et les violences sont quotidiennes avec eux.

Zapping sur les vidéos des violences policières qui tournent sur internet :

Du mois d’août à la fin octobre 2014 ce sera chaque jour réveil à la grenade (lacrymogène, assourdissante, etc., …) ainsi qu’au Flash-ball…
Mais à Sivens il n’y a pas que les forces de l’ordre qui ont pété un câble, il y a aussi une milice fasciste. Menaces de mort, agressions, tentatives de meurtre, tout est bon pour faire régner leur loi !
Le week-end du 13 septembre c’est l’ouverture de la chasse, pour marquer le coup le groupe facebook « Anti-bobo de Sivens » lance un appel à la chasse à l’homme contre nous, le mot d’ordre « Un bobo abattu, une cartouche offerte ».

copie_ecran_chasse_antibobos

 

Ce week-end là, cette milice a attaqué notre camion alors que nous roulions vers la ZAD. Vers 22h, un groupe d’au moins 80 personnes nous est tombé dessus, nous étions 12. Après ce qui fut la plus longue marche arrière de toute ma vie (je suis à l’avant du camion et voir autant de personne te courir dessus pour te défoncer ça fait toujours bizarre…), notre camion tombe dans un fossé. La milice commence immédiatement à fracasser le camion à coups de barres de fer, de pierres et de Molotov, nous sommes encerclés mais nous sortons, nous n’avons pas le choix… On se défend comme on peut, on arrive même à les faire reculer, mais un deuxième groupe arrive très vite pour compléter leurs rangs. Nous arrivons à sortir du guêpier et on commence à fuir, une maison refuse de nous venir en aide et c’est à ce moment-là que deux chasseurs commencent à nous tirer dessus, notre seule chance est la forêt et c’est elle qui nous mettra à l’abri, enfin pas pour tout le monde malheureusement…

Cette expérience est la plus traumatisante de toute ma vie, tous ceux qui ont vécu cette nuit-là sont conscients d’avoir évité la mort de peu.

Témoignage relatant toute cette nuit Ici!

 

Chapitre 6: La mort de Rémi F.

Le 25 octobre 2014 avait lieu un festival de soutien contre les expulsions et contre le barrage. Des milliers de personnes sont venues et des centaines de CRS et GM étaient là pour veiller à ce que les militants ne touchent pas aux cendres des derniers équipements qui restaient sur le chantier, c’est pour cela qu’ils ont tuer Rémi F..
Nous l’avons vu tomber devant nous. Des amis ont essayé d’aller le chercher, mais les gendarmes ont été plus rapides que nous. De toute façon cela n’aurait rien changé, tu étais déjà mort… Mort pour tes idées…

Ce n’est que le lendemain que nous apprenons la triste nouvelle, Je décide d’aller là où nous l’avons vu tomber avec une amie journaliste. Nous y découvrons du sang. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que c’était réel, un homme était mort devant nous, tombé sous les grenades des forces de l’ordre…
On prend des photos de tout ce qui entoure la scène (débris de grenades et de sac à dos, impact d’explosion des munitions de la gendarmerie, etc., …). On prend ensuite la décision de baliser la scène pour éviter que l’endroit ne soit abîmé, on savait que les flics allaient forcément rappliquer à un moment ou un autre et, à vrai-dire, on ne savait pas trop quoi faire d’autre dans cette situation… Les flics eux ne viendront que le lendemain…

A partir du moment où cet événement fut médiatisé, les médias commencèrent leur harcèlement, mais la seule chose qui fut retenue c’est la violence des réactions et des personnes vivant sur la zone, la violence de ces anarchistes-gauchistes-terroristes-cagoulés, occultant complètement notre douleur et notre tristesse d’avoir perdu un frère de lutte. Le Président du conseil général du Tarn, M. Carcenac (grand promoteur du projet de barrage), s’exprima magnifiquement suite à ce drame : « Mourir pour ses idées (…) c’est relativement stupide et bête »…

Je reste jusqu’à mi-décembre au Testet entre tristesse, injustice et pression…
Je rentre à NDDL épuisé et malade, je commence l’année en quarantaine à l’hôpital, une énorme boule est apparue dans mon cou et tourner la tête m’était devenu impossible tellement j’avais mal.
Les médecins ne savent toujours pas ce que c’était mais l’hypothèse la plus vraisemblable serait que l’exposition prolonger aux gaz lacrymogènes a conduit à la formation de caillots autour de ma thyroïde, les grenades assourdissantes avaient déjà diminué l’audition de mon oreille gauche. Autant dire que je commence à payer les effets secondaires des armes de la police…

Je sortirai de l’hosto au bout de 3 jours et mis encore une semaine pour pouvoir tourner correctement la tête, je ne retrouverai jamais toute l’audition de mon oreille gauche.

Témoignage d’un Zadiste au Testet :

 

Chapitre 7: Alerte Anti-Fa à Calais…

A la mi-janvier 2015, on apprend que l’association d’extrême-droite « Sauvons Calais » appelle à un rassemblement « anti-migrants » à Calais le 25 janvier. Un bon nombre de groupuscules fascistes répondent à l’appel et disent qu’ils seront là.
Un petit groupe de la ZAD décide d’y aller pour soutenir les migrants, j’en fais partie. Notre rôle a été de faire des tours de garde la nuit et le jour précédent la manifestation pour éviter tout lynchage par les groupes fascistes. Durant la nuit plusieurs petits groupes ont essayé d’importuner les camps de migrants isolés, ils n’ont jamais osé s’en approcher de trop près.
On organisera aussi une soirée « Open mic » dans un grand squat de migrants du centre-ville, soirée qui restera mémorable !
Pour ce qui est de la manifestation de « Sauvons Calais » les forces de l’ordre bloqueront tout rassemblement…

Vidéo que j’ai réalisée ce week-end là :

 

Chapitre 8: to be continued…

J’espère reprendre bientôt mes voyages et les partager à nouveau avec vous, mais il y a tellement de choses qui rentrent en ligne de compte maintenant…

Plusieurs de mes amis sont allés en prison, ou s’y trouve encore enfermés à cause de leur manière de vivre différente, la plupart de ceux qui sont sortis se sont vus interdire l’accès à certains territoires ou encore mettre sous surveillance.
Certaines de nos familles sont harcelées par la police, à la maison comme au travail pour nos parents, ou encore à l’école pour nos frères et sœurs. Tout cela juste pour avoir des informations sur nous…
Nos sommes considérés comme une menace terroriste à cause de notre manière de penser, nous sommes mêmes traqués dans certaines régions…
C’est bien cela le vrai visage de notre belle démocratie. Si tu es différent, si tu penses différemment, si tu luttes pour un monde différent, alors tu seras discrédité et condamné… Tu seras un terroriste.

Tout cela n’est pas qu’une question d’aéroport, de barrage ou de je ne sais quel autre projet destructeur, c’est avant tout une lutte pour notre liberté, pour notre autonomie, pour un autre monde que celui imposé aujourd’hui.

On nous décrit comme des radicaux, mais si être radical c’est aller à la racine des choses, c’est à dire pour nous, aller à la base du problème, s’occuper des causes plutôt que des conséquences, alors oui peut-être que je suis radical…

A bientôt!!! 😉

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Journal d’un ZADiste

  1. Très interessant texte sur ces deux ans de luttes. Heureusement qu’ils y a les courageux zadistes sur le terrains. De tous coeur avec vous.

  2. FACHOS DE GAUCHE !!! FILS DE FONCTIONNAIRES GAUCHISTES SANS AUCUN SENS DES RéALiTéS SOCIALES !! PARASITES REJETéS DES QUARTIERS POPULAIRES ET DES PETITES CAMBROUSSES !!! UTOPISTES RêVEURS ET INCULTES A 2 BALLES SE SENTANT INVESTI D’UNE MISSION !!! PROFFITEURS DU SYSTEME !!! REBELLES DE CONFORT !!! VOLEURS DE BOULOT !!!

    N’importe quel immigré des quartiers populaires est confronté à une violence policière bien plus difficile que dans votre camping de ROBINSON CRUSUOE en carton. Etant d’origine Algeriènne, fier de l’être, et issu de ces quartiers, je sais de quoi je parle. Certes un mec est mort, Remi Fraisse, et paix à son âme, mais tu sais qu’en 1961 au moins 200 Algériens qui manifestaient dans Paris ont été tués par la police ET par le peuple Parisien ? T’as déjà parlé avec un gitan ou un Rom ? Tu sais, ceux qui vivent sur des terrains interdits et qui sont vagabonds depuis des millénaires, tu sais ce qu’ils subissent ? Ségolène Royal ne se donnera jamais la peine de chialer pour eux. Tu te souviens des émeutes en 2005, quand Sarko était alors ministre de l’interieur et qu’ils avaient instaurés un couvre-feu ? Tu devais être le premier à avoir peur, bien caché chez toi, à cracher sur les « racailles ». Les gars, votre pseudo-ararchisme anti-flicaille et votre lutte bidon, ça fait marrer un paquet de gens. Surtout lorsqu’on analyse vos contradictions avec sérieux.

    Moi je trouve qu’en France, la police est conne mais moins conne qu’ailleurs. T’es au courant de ce qui se passe dans le monde ou t’as des œillères ? Dans mon bled des gens se font matraquer comme des animaux pour un oui ou pour un non, et là je te parle pas de terrorisme, de guerre ou de printemps Arabes, évitons des amalgames, là je te parle de ce que les gens vivent au quotidien, à Alger. Autre exemple, au Brésil l’année dernière, la présidente a karsherisé les favelas de tous les petits ze pequenio pour que la coupe du monde se déroule sans trop d’agressions autour des hotels, et là encore je te parle pas de guerre, je te parle de violences quotidiennes. Là-bas si tu fais un délit, tu meurs. C’est aussi sec que ça. Vous voulez vous faire passer pour des opprimés que les keufs et les agriculteurs « fascistes » voudraient buter ? Je remarque que tu portes un Keffieh Palestinien autour du cou, t’as l’impression d’en endurer autant qu’a Gaza dans ta ZAD, ou bien t’es simplement un bobo déguisé avec un problème identitaire dans sa tête ? L’esprit des Zadistes est selon moi plutôt similaire à l’esprit du colon Israelien… Bref… Les keufs c’est le peuple ma gueule, c’est des mecs qui étaient à l’école avec nous et qui vivaient à côté de chez nous, de plus on aperçoit qu’il y a pas mal de flics d’origine Maghrébine et Africaine, donc parler de milice fasciste et de bras armé de l’extrême-droite c’est un peu prendre les gens pour des cons. Sarko avait supprimé 11000 postes pendant son mandat, mais je ne sais pas si Hollande est dans la même optique, en tout cas ce qui est sûr, c’est que nous ne sommes pas en Corée-du-Nord ou en Iran. Vous seriez déjà tous morts. Dernièrement des dealers se sont fait dépouiller leur cam par des policiers, il y a bien sûr des abus, des magouilles, mais ça reste des mecs du peuple qui font un boulot de chiens et qui ont une vie normale en dehors du taf. J’ai 30 piges, j’ai eu ma période « j’baise les keufs », mais franchement, c’est parce que j’avais des activités illégales à l’époque et qu’ils m’empêchaient d’agir exactement comme j’aurais voulu. J’écoutais pas mal de rap con à l’époque, aussi… Mais c’est qu’un temps ça, après tu gagnes en mâturité, tu fondes un foyer et tu les vois autrement, les hnouch.

    Que vous le vouliez ou non, vous êtes des individus qui composent la société, avec un numéro de sécu, la plupart d’entre vous perçoit le RSA pour s’acheter sa 8.6 et son teuch, vous fumez du tabac à rouler et vous porter des marques made in empire-capitaliste, vous faites intégralement parti du système, donc lorsque vous foutez la merde, vous vous faites tabasser. Logique. C’est la loi. Sauf que dans les Zad, il y a 90% d’épaves et de petits bourgeois écolos sans cervelle. Votre action aurait pu être mieux perçu par le peuple si vous n’étiez pas aussi cons. Tu crois qu’elle existe pour être dirigée contre toi, cette police ? Ou c’est parce que vous faites quelque chose de complètement con qu’elle intervient ? T’as déjà subi un seul contrôle au faciès dans ta vie toi ? Avec ta p’tite barbe rousse et ton look à la Antoine ? T’as déjà été refoulé des boîtes ? J’ai vu que tu pouvais te permettre un petit road-trip hippie en Himalaya, comment peux-tu te permettre un voyage comme ça en ne foutant rien de l’année, fils à papa ? Tu sais que ces projets ont pour but numéro 1 de faciliter l’économie de la région ? Tu sais qu’actuellement en France, en 2015, il y a largement plus de forêts et de sites protégés qu’en 1900 ? Bien ton ignorance ? Pour l’Aéroport de Notre Dame des Landes je suis assez d’accord sur le principe, car les agriculteurs de ce coin vont se faire carotter par l’état, mais pour le reste vous pouvez aller vous faire mettre.

    Ce n’est certainement pas à vous de décider de ce qui est bien ou pas, c’est aux élus des conseils régionaux, et in fine, si le projet est vraiment trop contestable, le peuple saura se faire entendre. La solution serait de créer des conseils citoyens ayant un droit de regard sur les projets à venir, et de laisser les natifs des régions, agriculteurs ou citoyens lambda, voter pour ou contre. Ce serait un pouvoir décisionnaire bien plus crédible que celui des élus des conseils régionaux, c’est clair, mais qui vous dit qu’ils contesteraient tous les projets ? Le hic avec vous, c’est qu’il ne faudrait rien construire…Les Zad, ce sont souvent des camps pour nihilistes imbéciles n’ayant strictement rien à voir avec la région. Vous débarquez comme des touristes au club med sans prendre en compte la réalité sociale du terrain. C’est aux gens des environs de décider par un vote démocratique, pas à vous. En attendant ce jour, sachez que le peuple soutient la FNSEA car on ne crache pas sur ceux qui nous font bouffer chaque jour, mais cela dit, s’ils arrosent leurs cultures avec les Monsanto, OGM, et toutes sortes de saloperies bizarres nuisibles à la santé, et que des cas de maladies sont répertoriées un peu partout en France, le peuple ira leur demander des comptes, pas besoin de vous. Vous êtes inutiles. Nous sommes tous au courant des dessous de table et du jeu politique qui se passe entre politiciens, banquiers et décideurs, mais par pitié, fermez vos gueules. Vous dénoncez parfois des choses réelles mais ce n’est pas à des guignols comme vous de le faire.

    Tu sais que la ZAD n’est rien d’autre que la récupération du concept de la TAZ, invention de Hakim Bey, Américain converti à l’Islam ayant voyagé partout dans le monde, et prônant des thèses du genre « piraterie du système », le « survivalisme », l’escroquerie des banques, le consumérisme… et notament la Zone Autonome Temporaire, concept que vous avez pompé et sali dans la bouse. Hakim Bey recommande d’être avisé, discret, de ne pas négliger le peuple et d’être intelligent. Quand on voit vos punks à chiens ridicules, vos redoublants de bac L, vos clochards de centre-ville, vos bidonvilles (n’êtes-vous pas sensés savoir construire une cabane présentable au moins ? parce que la France entière s’interroge sur le fait que des autoproclamés écolos vivent dans la merde et la saleté, certainement les maladies, moi à 12 ans je bâtissais des cabanes de meilleure qualité avec mes copains, et on ne chiait pas tout autour contrairement à vous), vos délires bidons de sauveur de notre terre-mère, les casseurs dans les manifs, votre manque de professionnalisme et l’illégitimité de votre combat à Sivens et ailleurs, c’est une insulte à la nature et au génie humain. Tu devrais t’instruire avant de te croire crédible avec ta vie d’aventurier de Koh Lanta.

    Pour conclure, je me dois de t’avertir, pour ton bien, parce que c’est cool de s’inventer un combat mais parfois la réalité peut vite devenir pour le moins néfaste. Tu n’es pas du peuple alors je t’explique Jean-Nicolas Hulot: si un de ces jours, il prenait la folie aux Zadistes d’occuper une Zone qui doit servir à la construction d’un chantier quelconque près d’une cité HLM, en privant ainsi les jeunes de ces quartiers de quelques mois d’intérim en maçonnerie, vous comprendrez à quel point la police a été sympa avec vous, tant nos coups vous ramèneront à la réalité. Retour chez papa-maman ou à l’auberge de jeunesse. Vous êtes dans un pays où il se passe actuellement une crise du logement et du travail, les gars, ne vous amusez pas à détruire de l’emploi, vous n’assumerez pas ce qui se passera ensuite. Nous on vient de loin, ton retour à la terre tu peux te le carrer au cul, la plupart des immigrés de France ont des origines rurales, nous n’avons pas choisi de venir en France pour vivre comme des hommes de cro-magnon, tu comprends ? Le monde dont tu rêves, nous en sommes issus et on l’a quitté pour le confort occidental. Tout à l’heure je te parlais du Brésil, c’est encore un très bon exemple. Pourquoi tous ces gens à Rio ou Sao Paulo ne vivent pas dans la forêt Amazonienne, où la vie serait gratuite, mais préfèrent vivre dans des favelas, où le taux de criminalité est l’un des plus élevés au monde ? L’écologie ne serait donc qu’un passe-temps de petit blancs libertaires ? Et c’est vrai qu’il n’y a que des petits blancs dans les ZAD… Aucune diversité… Que des gaulois… Habillés pareils… Comment tu expliques ça toi ? Les Zadistes seraient finalement les néo-fascistes véritables de notre monde moderne ?

    PEUPLE DE FRANCE OUVRE TES YEUX, LE FASCISME N’EST PAS LA OU TU CROIS.

    • Tu as le droit de penser ce que tu veux même si ton argumentaire est rempli de supposition éroné, cite tes sources quand tu parle des autres, surtout des personnes que tu n’as jamais rencontrer.
      Tu me reproche de parler sans savoir de quoi je parle, fais pas la même connerie que moi sinon ça va vite devenir n’importe quoi! 😉

      Pour ce qui est de la ZAD, c’est pas parcque des acronymes se ressembles que l’une veut faire comme l’autre, il y’a une lettre différente, une seule mais elle est importante.
      Confond pas ZAD (Zone A Défendre) et TAZ (Zone Autonome Temporaire), c’est quand même pas la même chose et ça n’a pas le mêmes aspirations…
      Comment tu défend une zone si tu doit disparaître dès que celle-ci est découverte?
      Sinon moi aussi je laisserai bien les « élus » défendre ces zones, mais depuis qu’ils sont payer par ceux qui les détruisent je sais pas pourquoi j’ai plus trop confiance.

      Enfin bref désoler de faire les choses à mon échelle même si je sais qu’il y à des gens qui souffre plus que moi, mais à ce qui parait y’a toujours plus malheureux que sois alors c’est sur qu’il faudrait rien faire.
      Je suis aussi sincèrement désolé d’avoir une sale barbe rousse de « FACHOS DE GAUCHE !!! FILS DE FONCTIONNAIRES GAUCHISTES SANS AUCUN SENS DES RéALiTéS SOCIALES !! PARASITES REJETéS DES QUARTIERS POPULAIRES ET DES PETITES CAMBROUSSES !!! UTOPISTES RêVEURS ET INCULTES A 2 BALLES SE SENTANT INVESTI D’UNE MISSION !!! PROFFITEURS DU SYSTEME !!! REBELLES DE CONFORT !!! VOLEURS DE BOULOT !!! »
      Je l’avais même pas remarquer, merci de m’avoir prévenu parcque c’est chiant quand même tout ça!

      Pour le reste on va dire qu’on fait comme tu dis! 😉

      Bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s